«Le numérique a fait un bond de plusieurs années avec le confinement» estime le Medef – Le Parisien – 02/06/2020

Le mouvement patronal dresse un premier bilan d’une période inédite qui a enregistré le développement du télétravail mais aussi une hausse des cyberattaques.

Une bonne nouvelle dans le ciel noir de l’économie française. La crise sanitaire du Covid-19 et le rapatriement forcé à la maison ont bousculé les habitudes de travail et ouvert de nouveaux chantiers sur nos usages numériques.

Télétravail, digitalisation et cyberattaques… Christian Poyau, président de la Commission Mutations technologiques et impacts sociétaux du Medef, dresse un premier constat.

Quel bilan les entreprises font-elles du confinement ?

Christian Poyau. Les outils numériques ont été indispensables pour optimiser le fonctionnement à distance. Imaginons la même crise 10 ans auparavant, cela aurait été bien pire car la communication, les téléconférences ou le télétravail auraient été plus compliqués. Des solutions technologiques européennes ont émergé, en parallèle des poids lourds américains, comme la plateforme vidéo LiveStorm. Ces outils ont été un palliatif pour atténuer les effets sur la santé économique.

Pour faire face à cette nouvelle donne, des sociétés qui n’existaient pas dans l’e-commerce s’y sont mises dans l’urgence et d’autres ont mis en place des outils de télétravail sans trop pouvoir mener des réflexions. Enfin, d’autres entreprises se sont rendu compte qu’elles ne pouvaient pas tout externaliser notamment à cause des risques trop élevés en termes de cybersécurité.

Les cyberattaques ont augmenté de manière importante pendant cette période. La digitalisation soudaine de l’économie française a apporté toutefois plus d’impacts positifs que de menaces de sécurité. Le numérique a fait un bond de plusieurs années à la faveur de cette crise.

Quelles ont été les consignes diffusées à vos adhérents pour diminuer ces risques « cyber » ?

Il n’y a aucune mesure qui permet de régler 100 % des problèmes. Nous leur conseillons de mettre en place des moyens de prévention mais aussi de revenir à la normale en cas d’attaque car vous en aurez et vous ne pourrez jamais être entièrement couvert, c’est illusoire. Il y a des risques pour toutes les entreprises y compris les grandes structures. Mais il ne faut pas être paralysé par cette menace. La période actuelle sert aussi à les sensibiliser encore plus à un pilotage à distance qui inclut la cybersécurité.

Quels types d’attaques ont visé les entreprises françaises pendant le confinement ?

Il y en a deux qui sont devenues basiques : le rançongiciel et la fraude au président. Cette dernière existait déjà bien avant le Covid-19 et passe par de faux bons de commande ou des paiements détournés vers d’autres entreprises. L’autre est plus sophistiqué avec des tentatives d’amateurs et celles de réseaux structurés de délinquants.

Nous avons reçu de nombreuses demandes d’aides même s’il y a une forme d’omerta des entrepreneurs touchés. Leur priorité est de régler le problème en interne et de prévenir les autorités notamment en cas de fuite de données. La pire solution est d’essayer de tout traiter de son côté en se repliant sur soi-même.

Comme le grand public est de plus en plus sensibilisé à ces enjeux, certaines marques jouent la carte de la franchise et de la transparence lors d’un piratage en expliquant comment elles ont réglé le problème.

Quel est le ressenti des entreprises sur l’essor du télétravail ?

C’est un sentiment partagé car il y avait dans certaines entreprises des réticences très fortes avant la crise sanitaire et d’autres qui étaient déjà quasiment à 100 % en télétravail. Des patrons se sont donc rendu compte que ce n’était pas le diable et que cela pouvait avoir des vertus d’efficacité, notamment en gagnant du temps de transports.

À l’inverse, d’autres ont vu que le travail à distance à plein temps pouvait aussi avoir des inconvénients en termes d’efficacité ou plus simplement de relations humaines. Il a progressé de manière importante mais ce n’est la solution ultime pour toutes les entreprises.

Est-ce qu’il y a eu une vraie fracture numérique entre les entreprises notamment pour les connexions à Internet ?

Les réseaux télécom ont bien tenu le coup car les acteurs du secteur ont bien fait leur travail dans l’urgence d’une augmentation forte des trafics. Par contre, cette crise a mis encore plus en exergue une fracture, qui existait déjà, sur les capacités d’accès à ces réseaux. C’est un sujet dont la France doit s’emparer rapidement. Si vous n’avez pas l’infrastructure, vous ne pouvez pas travailler. Le déploiement du haut débit par la fibre optique, commencé il y a presque 10 ans, n’avance pas assez vite avec des zones rurales délaissées qui en ont pourtant vraiment besoin.

Il est aussi impératif de reprendre au plus vite le déploiement du réseau mobile 5G car nous étions déjà en retard au niveau européen et nous en accumulons encore avec la crise du Covid-19. Ce sujet est majeur pour le programme de relance économique et tient à de la volonté politique.

Source : «Le numérique a fait un bond de plusieurs années avec le confinement» estime le Medef – Le Parisien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.