« Le Covid-19 donne à l’Afrique l’occasion d’opérer un saut quantique dans le domaine sanitaire » – Le Monde – 07/04/2020

TRIBUNE. Télémédecine, e-learning, géolocalisation… Une trentaine de personnalités appellent à une « collaboration active entre les communautés tech aux quatre coins du continent ».

Jusqu’alors victime presque collatérale de la pandémie, l’Afrique s’est brutalement éveillée à la réalité du Covid-19. Dans plusieurs pays, les forces de l’ordre ont tiré sur la population, parfois à balles réelles, pour faire respecter le confinement. On déplore déjà une dizaine de morts à la suite de ces actions musclées. Dans le même temps, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, a prévenu que le continent pourrait bientôt compter des millions de cas si rien n’était fait pour enrayer la progression de l’épidémie.

Face à l’urgence, il est à espérer que les Etats africains acceptent que le temps du copier-coller des mesures prises par le Nord est révolu. Au contraire, nous pensons que les défis inédits posés par la pandémie appellent une réponse endogène et innovante, qui, sans occulter la déficience des politiques publiques fondamentales en matière de santé, traitera la singularité de cette crise.

Lire aussi  « Après le coronavirus, une autre Afrique est possible et ce n’est pas une utopie »

Le confinement et la distanciation sociale sont impraticables dans la plupart des pays africains, comme l’illustre le cas sud-africain. Comment des populations sans logement pourraient-elles « rester chez elles » ? Les mégapoles Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), et Lagos, au Nigeria, qui hésitent à confiner leur population, démontrent bien la complexité économique, voire politique, de mettre les villes africaines en coupe réglée. L’état de délabrement des systèmes de santé laisse peu d’espoir quant à la prise en charge des patients pour un traitement efficace. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder le nombre de lits par habitant, inférieur à 1 pour 1 000 dans la plupart des pays du continent.

Pourtant, la contagiosité fulgurante du Covid-19 oblige les gouvernements à agir dans l’urgence. Le risque de décisions précipitées, irrationnelles et contre-productives n’en est que plus élevé. Ceci dans un contexte de crise de confiance généralisée, non seulement envers la capacité des systèmes de santé, mais aussi envers l’ensemble de la classe politique. Dans le climat très particulier de cette pandémie, il faut éviter à tout prix que cette crise de confiance ne s’étende jusque dans les rapports entre citoyens.

Des services publics saturés ou défaillants

Nous sommes convaincus que la société civile africaine détient les clés de la situation. La crise actuelle pourrait donner aux Africains l’occasion d’opérer un saut quantique dans le domaine sanitaire, en usant massivement des services de télémédecine, d’identification numérique, de paiement mobile, d’apprentissage en ligne, de géolocalisation, d’entraide ou de mobilité partagée, qu’ils soient existants ou à inventer.

La collaboration active entre les communautés tech africaines aux quatre coins du continent permettra de soulager des services publics saturés ou défaillants. Accès aux services essentiels, aux soins, paniers alimentaires, tontines pour regrouper les investissements à l’échelle d’un village ou d’un quartier… Les solutions numériques civiques doivent être déployées à l’échelle de villes de plus en plus denses.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Rama Yade : « Seule l’Afrique, avec sa jeunesse en perpétuel mouvement, apparaît en capacité de penser la destinée collective de l’humanité »

Les initiatives de santé connectée (« e-health ») et les mouvements de science ouverte (« open science », pour rendre la recherche scientifique accessible à tous) offrent des possibilités nouvelles et contribueront à terme à rendre l’épidémie maîtrisable. Les plateformes collaboratives associant des réseaux de scientifiques africains et internationaux permettent de mettre en commun des méthodes de recherche interdisciplinaire, de partager les bonnes pratiques et de lutter contre l’infodémie des « fake news » qui se propagent aussi vite que le virus lui-même.

Ces ressources jouent un rôle déterminant pour la souveraineté numérique du continent, contribuent à faire émerger des innovations locales, conçues par les Africains pour l’Afrique, et à rendre possible de nouvelles collaborations entre la société civile et l’Etat.

Informer les populations en temps réel

La sanctuarisation de l’information la plus fiable possible est un des enjeux auxquels l’Afrique doit faire face. Souvenons-nous des rumeurs qui ont accompagné l’épidémie d’Ebola. Elles laissaient entendre que le virus était une invention du pouvoir central pour décimer telle ou telle ethnie ou encore qu’il suffisait de boire de l’eau salée pour guérir. La liberté d’informer suppose également la liberté d’accéder à des données ouvertes et de démocratiser leur utilisation auprès du plus grand nombre, dans un souci constant de pédagogie. Informer les populations en temps réel, c’est aussi les impliquer dans la lutte contre l’épidémie pour ne pas choisir entre la mort et la désintégration sociale.

Le reste du monde, et particulièrement l’Europe, ne peut pas se permettre de manquer ce rendez-vous historique avec l’Afrique. Car si cette dernière ne parvient pas à maîtriser l’épidémie, il est à craindre qu’elle ne soit à l’origine de nouvelles vagues de contamination, comme le soulignait le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, dans une récente tribune.

Lire aussi  Coronavirus : « Sur LCI, des propos qui sont une insulte à l’Afrique et à l’humanité »

Les communautés tech africaines et internationales sont déjà connectées et partagent leurs données avec leurs réseaux africains, sous l’impulsion des organismes multilatéraux ou d’initiatives publiques ou privées. Des innovations comme EnPremiereLigne.fr en France, Hack4Covid-19.tn en Tunisie, StopCoronavirusRDC. info en RDC ou encore M3ak.ma au Maroc ne demandent qu’à être répliquées. Les solutions tech qui rendent leurs services gratuits pour les acteurs de la société civile africaine méritent également un soutien massif (Paga, Smile Identity, Flutterwave, BRCK, etc.).

Dans cette épreuve, l’Afrique doit démontrer à nouveau son ingéniosité et miser sur la résilience solidaire de sa société civile et la créativité de sa jeunesse. Le continent pourrait alors montrer au monde une troisième voie.

Aminata Touré, ancienne première ministre du Sénégal, présidente du Conseil économique, social et environnemental ; Monique Barbut, ex-secrétaire exécutive de la Convention des Nations unies contre la désertification ; Albert Pahimi Padacké, ancien premier ministre du Tchad ; Patrick Muyaya Katembwe, député de RDC ; Hamza Hraoui, communicant, co-fondateur de Maan ; Abdelmalek Alaoui, éditorialiste à La Tribune Afrique ; Juliana Rotich, co-fondatrice de BRCK et Ushahidi ; Stephan Eloïse Gras, entrepreneuse et chercheuse ; Nathalie Delapalme, ex-conseillère Afrique au ministère français des affaires étrangères ; Claude Grunitzky, président de True Africa ; Zineb Laraqui, avocate, fondatrice de Jurisprudence.ma ; Mamane, humoriste, ambassadeur climat de l’ONU pour le Sahel ; Jean-Claude Eale, initiateur du Digital Forum Afrique ; Rebecca Enonchong, PDG d’AppsTech ; Raissa Malu, consultante internationale en éducation ; Adrien Duguet, co-fondateur d’Enpremiereligne.fr et de Citipo ; Ousmane Ly, médecin et consultant, ancien directeur général de l’Agence nationale de télémédecine et d’informatique médicale au Mali ; Houssem Aoudi, co-fondateur de Cogite Coworking Space, fondateur d’Afkar, Wasabi et TEDxCarthage ; Khaled Ben Jilani, investisseur et militant ; Erik Hersman, co-fondateur d’Ihub et BRCK ; Bontle Senne, écrivain, militant numérique et responsable de la transformation numérique chez Virgin Media ; Ali Mnif, entrepreneur et militant ; Edith Brou, influenceuse tech ; Aina Dolapo, journaliste spécialiste de l’innovation ; Anas Oulmidi, médecin au CHU de Marrakech ; Gladys Kalema-Zilusoka, vétérinaire et PDG de Conservation Through Public Health ; Oscar Ekponimo, PDG de Chowberry Inc. ; Bruktawit Tigabu Tadesse, co-fondateur de Whiz Kids Workshop ; Sinatou Saka, journaliste spécialisée dans l’entrepreneuriat numérique en Afrique ; Gregory Grellet, co-fondateur d’Enpremiereligne.fr ; Hawa Samega, blogueuse et co-fondatrice de Kunafoni.com ; Ali Taleb, étudiant à l’UM6S et co-fondateur de Dir Iddik ; Jacques Jonathan Nyemb, avocat, administrateur du patronat camerounais ; Tomi Davies, président de l’African Business Angel Network ; Sasha Rubel, spécialiste de l’innovation et de la transformation numérique auprès de l’Unesco.

Source : « Le Covid-19 donne à l’Afrique l’occasion d’opérer un saut quantique dans le domaine sanitaire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.